La fibre monomode est en progression. Êtes-vous prêt ?

8 mars 2019 / Généralités

Beaucoup d’entre vous constatent probablement une utilisation accrue de la fibre monomode parmi vos clients du fait de plusieurs avantages (principalement la distance et la bande passante), de la connexion aux réseaux porteurs et des applications émergentes du monomode qui sont en développement.

Le monomode devenant la norme de facto dans les réseaux porteurs en extérieur et les centres de données hyperscale, la demande croissante d’émetteurs-récepteurs monomode à bas prix fait baisser les coûts.  De plus, nous voyons désormais des centres de données de toutes tailles s’équiper pour prendre en charge des débits de 200 giga et plus avec la fibre monomode grâce à des applications à courte distance telles que 100GBASE-DR, 200GBASE-DR4 et 400GBASE-DR4 qui prennent en charge 100, 200 et 400 gigas sur 500 mètres.

Vous devrez donc d’ici peu savoir comment vous assurer que ces systèmes peuvent prendre en charge les débits supérieurs que vos clients demandent.

Les facteurs de performances

Autrefois, les applications monomode longue distance telles que 100GBASE-LR4 prévoyaient une plus grande perte d’insertion, mais les émetteurs-récepteurs moins coûteux permettent une réduction de la perte d’insertion. Comparé aux 6,3 dB pour la 100GBASE-LR4 qui prend en charge 100 gigas jusqu’à 10 kilomètres, nous avons là uniquement 3 dB pour les applications 100GBASE-DR à courte distance jusqu’à 500 mètres. Désormais donc, à l’instar des applications multimodes à 100 gigas, les concepteurs doivent connaître leurs prévisions en matière de pertes, qui pourraient limiter le nombre de connexions sur le canal.

Avec la fibre monomode et les débits de données plus élevés, la perte de retour devient plus préoccupante. Un excès de lumière se reflétant dans l’émetteur-récepteur peut provoquer des erreurs de bits et de faibles performances. C’est pourquoi nous assistons également à une utilisation accrue des connecteurs type Angled Physical Contact (APC) dont la face frontale inclinée à 8 degrés permet d’absorber le reflet de lumière dans le revêtement extérieur, réduisant ainsi les reflets sur l'âme de la fibre.

Un nouveau type de nettoyage

En matière de fibre monomode, plusieurs points sont à prendre en considération. Tout d’abord, le monomode est plus difficile à entretenir que le multimode. Un grain de poussière sur l'âme de la fibre optique multimode de 62,5 ou 50 µm obstrue beaucoup moins de lumière que sur l'âme de fibre monomode de 9 µm.

Et pour ce qui est des connecteurs monomode APC, il y a encore d’autres choses à savoir. Pour l’inspection, vous devez veiller à utiliser une pointe de sonde d’inspection APC conçue pour diriger la caméra dans le même angle que le connecteur APC. FI-7000 FiberInspector™ Pro et FI-500 FiberInspector Micro de Fluke Networks disposent d’un embout de sonde APC disponible à l’achat.

Pour les connecteurs APC, vous devez également vous assurer que l’intégralité de la surface frontale soit en contact avec votre dispositif de nettoyage. Autrement dit, pour un nettoyage efficace, le nettoyant doit être aligné avec l’angle de 8 degrés du connecteur.

Tester correctement

Concernant les tests de niveau 1 de la fibre monomode avec les connecteurs APC, vous devez également veiller à bien utiliser un adaptateur APC. Sur le CertiFiber® Pro de Fluke Networks, cela ne pose problème que sur le port de sortie dans la mesure où le port d’entrée n’est pas un raccordement à contact.

Brancher un connecteur APC à l’entrée ne causera aucun dégât, mais vous recevrez un avertissement indiquant que la puissance reçue est trop faible. Pour tester les systèmes APC, il vous faudra deux cordons hybrides UPC à APC et de deux cordons APC à APC afin d’établir la connexion. Concernant les tests OTDR de niveau 2, dans la mesure où les reflexions sont absorbées par le revêtement extérieur lorsque vous utilisez les connecteurs APC et que la perte de retour est minime, l’OptiFiber® Pro de Fluke Networks et même tous les OTDR, vont afficher les connexions APC en tant que perte sans réflexion telle une épissure.

Pour les applications monomode à courte distance 200GBASE-DR4 et 400GBASE-DR4, vous allez là aussi avoir affaire à des connecteurs MPO car il nécessitent 8 fibres, avec 4 d’envoi et 4 de réception à 50 ou 100 Gbit/s. C’est là qu’un appareil de test tel que le MultiFiber Pro de Fluke Networks avec son connecteur MPO embarqué et dédié pouvant scanner toutes les fibres simultanément est vivement recommandé pour éviter une utilisation chronophage des cordons MPO à LC de sortance qui séparent les diverses fibres en canaux uniques de fibre. Et si vous travaillez beaucoup avec les MPO, une caméra d’inspection spécialisée telle que notre FI-3000 Fiber Inspector Pro peut vous faire gagner beaucoup de temps. Elle comprend bien évidemment un adaptateur APC MPO.

Et lorsque vous testez les systèmes de fibre optique monomode, vous devez également veiller à bien tester aux longueurs d'onde de 1310 et 1550 nm. Si ces deux longueurs d'onde sont validées, toutes les longueurs d'onde intermédiaires le seront également, mais de la même manière, de légères courbures ne seront peut-être pas décelables à une longueur d'onde de 1310 nm.

Examinez nos produits

                

                   

Configurateur de kit Versiv

                   

Comment allez-vous utiliser votre Versiv