Pas exactement mise au premier plan... pour l'instant

10 juillet 2019 / Généralités

Cela fait longtemps que nous n’avons pas parlé de la fibre optique multimode OM5 : malgré sa couleur vert citron et son ajout à la norme ANSI/TIA-568.3-D en 2016, elle n’a pas été vraiment mise au premier plan. Mais il semblerait que cela soit sur le point de changer.

En l'absence d'application Ethernet nécessitant pour le moment l'OM5 et en raison d’une légère augmentation des coûts, beaucoup étaient sceptiques quant à l'idée de remplacer la fibre OM4 par l’OM5. De fait, lorsqu’elle est apparue pour la première fois, de nombreux acteurs de l’industrie ont affirmé que la fibre OM5 pourrait finir comme le câble cuivre de catégorie 4 qui n’avait au final aucune durée de vie et n’est plus reconnu par les normes de l’industrie.

Mais attendez ! L'année dernière, le groupe de travail IEEE P802.3cm a commencé à travailler sur une nouvelle norme pour la fibre optique multimode 400 Gb/s qui, outre 400GBASE-SR8 sur huit voies (16 fibres au total), utilisant des connecteurs MPO24- ou 16 fibres, inclut également 400GBASE-SR4.2 opérant sur quatre voies multiplexées par division en longueur d'onde (SWDM) (8 fibres au total) à l'aide d'un MPO standard 12 fibres. Puisque l’OM5 est optimisée pour le SWDM, on pourrait penser que ce pourrait être au final ce qui la mettra sous les projecteurs. Toutefois, étant donné que la nouvelle norme exploite la technologie existante à deux longueurs d’onde qui garantira un fonctionnement jusqu’à 100 mètres de câblage OM4, la question est de savoir si l’OM5 est nécessaire ou non.

Comme la norme devrait être publiée d’ici la fin de l’année, nous avons pensé que le moment était bien choisi pour examiner de nouveau le potentiel de la fibre OM5.

Rappel sur l’OM5

Lorsque la fibre OM4 avec son profil d’indice de réfraction et son délai de mode différentiel réduit (DMD) a été approuvée par la TIA en août 2009, elle offrait une bande passante modale bien supérieure à celle de l’OM3 (4700 MHz*km par rapport à 2000 MHz*km). Cela a permis de transmettre plus d'informations sur la même distance ou la même quantité d'informations sur des distances plus longues.

La fibre OM5 offre la même bande passante et les mêmes performances que l’OM4 à la longueur d’onde de 850 nm, ce qui est peut-être une autre raison pour laquelle certains ont été sceptiques. Conçue pour fonctionner avec les émetteurs-récepteurs VCSEL (tout comme l’OM4), il s’agit essentiellement d’une version de la fibre OM4 incluant des spécifications supplémentaires pour un fonctionnement à la longueur d’onde de 953 nm permettant la transmission sur plusieurs longueurs d’onde à l’aide de la technologie SWDM. C'est la raison pour laquelle on parle de fibre multimode à large bande (WBMMF).

La bande passante modale effective de l’OM5 à la longueur d’onde de 953 nm est de 2470 MHz*km, car la dispersion chromatique est plus faible à cette longueur d’onde. La dispersion chromatique est la propagation d'impulsions lumineuses dans le temps en raison de différentes longueurs d'onde se propageant à différentes vitesses. L’OM5 doit offrir les mêmes performances de 4700 MHz*km à la longueur d'onde de 850 nm pour conserver la compatibilité avec l'OM4, et comme la dispersion chromatique est plus faible à la longueur d'onde supérieure de 953 nm, la bande passante modale effective minimale est inférieure.

En avez-vous besoin ?

La réponse est « cela dépend ».

Les applications existantes telles que la solution Bi-Di de Cisco utilisent la longueur d'onde de 953 nm et la technologie SWDM pour prendre en charge 40 et 100 gig sur fibres duplex. Le 400GBASE-SR4.2 IEEE exploite cette technologie associée à des optiques parallèles pour prendre en charge 400 gig sur 8 fibres (100 Gbps par fibre). Pour ce faire, il utilise une propagation bidirectionnelle sur chaque fibre avec les longueurs d’onde 850 et 953 nm transmettant chacune 50 Gb/s et se propageant dans des directions opposées. Étant donné que l'OM5 est optimisée pour les performances à la longueur d'onde de 953 nm, elle semble parfaitement adaptée pour ces applications.

Pour autant toutes ces applications fonctionnent également sur l’OM4 et, puisque 400GBASE-SR4.2 utilise des MPO 8- ou 12 fibres existants, il peut exploiter les installations de câbles à fibres optiques OM4 basées sur MPO actuellement utilisées pour 40 et 100 Gb/s. Pour les applications SWDM utilisant la longueur d'onde 953 nm, le réel avantage de la fibre OM5 est la distance. Pour la nouvelle norme 400GBASE-SR4.2, cela signifie prendre en charge 400 gig à 150 mètres avec l’OM5 et seulement 100 mètres avec l’OM4.

Certains choisiront de continuer avec l’OM4, mais ceux qui souhaitent passer à 400 gig et qui ont besoin d’un peu plus de distance choisiront probablement l’OM5 pour leurs nouveaux déploiements. Cela semble de bon augure pour l’OM5, compte tenu du fait que la popularité de l’OM4 reposait principalement sur le fait qu’elle offrait de plus grandes distances en comparaison de l’OM3 : 50 mètres de plus pour 40GBASE-SR4 et 30 de plus pour 100GBASE-SR4.

La bonne nouvelle est que les tests sont faciles. Les tests effectués à la longueur d'onde de 953 nm fournissent les mêmes informations vitales que les tests de perte d'insertion recommandés standards aux longueurs d'onde 850 et 1300 nm obtenues à l'aide de votre CertiFiber Pro de Fluke Networks. Vous serez couvert si vous vous en tenez à cette méthode de choix.