Quel a été le problème avec la perte d’insertion ?

30 janvier 2020 / Généralités

Vous est-il déjà arrivé de calculer soigneusement la perte d’insertion pendant la phase de conception, puis de tester votre liaison permanente après l’installation pour découvrir que le canal ne fonctionne pas une fois mis en service ?

Vous devriez désormais savoir que votre budget de perte est basé sur l’application et calculé en ajoutant la perte de tous les composants du canal, avec une marge pour compenser la perte de puissance au fil du temps en raison de l’âge du transmetteur ou des connexions sales (lire le blog). Vous comprenez, espérons-le, la différence entre les tests de liaison permanente et de canal (lire le blog).

Mais ce que vous ne savez pas toujours, c’est ce qui va se produire qui peut avoir une incidence sur la perte après avoir installé, testé et certifié une liaison permanente. C’est pourquoi il est impératif d’enregistrer et de documenter la manière dont vous avez calculé les pertes ainsi que les résultats finaux du test de liaison permanente, et de savoir ce qui peut avoir un impact sur les pertes et les performances après l’installation et les tests.

Une mise à jour rapide

Lorsqu’il s’agit de calculer votre budget de perte pendant la phase de conception, vous devez d’abord connaître les limites de perte pour l’application donnée, conformément aux normes IEEE. Vous devez ensuite tenir compte de tous les composants dans une liaison, comme notamment la fibre, les connecteurs, les épissures, les répartiteurs et les coupleurs. Pour les connecteurs, cela signifie notamment la perte spécifiée par le fabricant (généralement de 0,2 à 0,5 dB). Pour les répartiteurs, la perte varie en fonction du nombre de sorties. Par exemple, de manière classique, un répartiteur 1:16 a une perte de 12 dB par port, tandis qu’un répartiteur 1:32 a une perte de 15 dB par port. Pour les épissures, la perte peut être au minimum de 0,1 dB, mais le maximum de 0,3 dB par secteur est une bonne valeur à utiliser lors du calcul puisque la qualité de l’épissure peut varier en fonction du niveau d’expertise du technicien.

Étant donné que la perte d’insertion est directement liée à la longueur du câble de votre liaison, celle-ci doit également être incluse dans le budget. Par exemple, si la perte de votre câble multimode OM4 optimisé par laser est d’environ 3 dB/km à une longueur d’onde de 850 nm, cela correspond à 0,003 dB par mètre. Ainsi, si votre longueur de câble est de 50 mètres, votre perte pour ce câble est d’environ 0,15 dB, alors qu’ à 100 mètres, votre perte sera de 0,3 dB. 

L’équipement actif doit également être pris en compte selon les spécifications du fabricant de l’équipement en se basant sur les différences entre les émetteurs et les récepteurs, mais également une certaine marge doit être envisagée pour tenir compte de la perte de puissance au fil du temps qui peut survenir en raison de l’ancienneté de l’émetteur.

Une fois que vous avez calculé la perte et que vous êtes prêt à effectuer le test en utilisant soit une source lumineuse et un wattmètre, comme votre Simplifiber® Pro Fluke Networks, soit un ensemble de test de perte optique (OLTS), comme le CertiFiber® Pro de Fluke Networks, vous devez comprendre ce que vous testez : l’ensemble du canal de bout en bout ou la liaison permanente. Bien que certains préfèrent tester le canal parce que ce test est plus facile à réussir, c’est bien la liaison permanente que vous devriez tester car c’est la véritable base du réseau. Les cordons de raccordement et l’équipement sont souvent déplacés, donc si vous testez le canal, vous risquez de passer à côté de problèmes de fondation qui pourraient ne pas être détectés.

Que peut-il se passer ensuite ?

Si vous avez correctement calculé, puis testé avec succès la liaison permanente, il est possible que le canal soit prêt à être utilisé. Mais que se passe-t-il si le client décide de migrer vers un débit plus élevé, par exemple en passant de 10 Gig à 40 Gig ?  Qu’en est-il si des connexions supplémentaires sont ajoutées en mettant en œuvre une connexion croisée ? Qu’en est-il si un commutateur intermédiaire est éliminé et deux liaisons permanentes reliées ensemble en une liaison plus longue ? Que se passe-t-il si les extrémités de fibre ne sont pas maintenues en bon état de propreté pendant les déplacements, les ajouts et les changements ? C’est là que tout peut mal tourner, une fois que vous avez déjà installé et testé la liaison.

Tout d’abord, les limites de perte varient selon les applications. Si votre client prévoit de faire migrer une liaison vers un débit plus élevé avec des limites de perte plus strictes, ce sont les limites de débit les plus élevées qui doivent être prises en compte dans vos calculs lors de la phase de conception. Il y a toujours un risque qu’un client qui prétend ne pas avoir l’intention de migrer vers un débit plus élevé finisse par changer d’avis. Par exemple, si vous concevez un système pour fonctionner à 10 Gig sur multimode (10GBASE-SR), la perte maximale d’insertion de canal est de 2,9 dB sur 400 mètres de multimode OM4. Mais si le client décide de passer à un système multimode 40 Gig (40GBASE-SR4), la perte maximale d’insertion de canal est de 1,5 dB sur 150 mètres d’OM4. Il est facile de voir comment une mise à niveau non planifiée peut causer des problèmes si le système a été conçu et mis en œuvre pour seulement 10 Gig. C’est pourquoi il est impératif que vous et vos clients conveniez à l’avance de l’application exacte qui sera choisie, afin de déterminer le budget de pertes aujourd’hui et à l’avenir.

Disons maintenant que, à des fins de gestion, votre client souhaite ajouter un autre panneau de brassage pour déployer une connexion croisée au niveau du commutateur. Si cela se produit alors que vous avez déjà calculé, installé et testé la liaison avec seulement une interconnexion, cela revient finalement à ajouter un autre point de connexion et une perte supplémentaire. Bien que cela puisse sembler être un changement mineur, lorsque nous parlons des limites strictes de perte d’insertion, l’ajout d’un 0,2 dB pour une autre connexion peut vous faire dépasser la limite et causer des problèmes de performance.

Bien que l’on puisse penser que deux liaisons permanentes qui ont réussi le test de perte d’insertion peuvent être connectées avec succès, cela n’est pas nécessairement le cas. Imaginons que vous installiez et testiez une liaison permanente dans le centre de données, depuis le panneau de brassage du commutateur central vers le panneau de brassage du commutateur intermédiaire, et une autre liaison permanente de là vers un panneau de brassage au commutateur d’accès dans l’armoire du serveur. Si le commutateur intermédiaire est éliminé et que les deux liaisons permanentes sont reliées ensemble, cela ajoute un autre point de connexion ainsi qu’une longueur de câble qui peuvent également vous faire dépasser la limite.

Sans oublier la propreté des extrémités des fibres optiques. Si votre client effectue de nombreux déplacements, ajouts et changements, ou s’il manipule les ports de fibre et ne nettoie pas et n’inspecte pas correctement les extrémités, ce qui était propre au moment de l’installation peut maintenant être sale et ajouter des pertes au canal.

Votre meilleure option

Bien sûr, vous voulez que votre client soit satisfait et qu’il se retrouve avec un réseau performant, mais certainement pas au prix de remaniements imprévus.

En ce qui concerne le calcul des budgets de perte, tout ce que vous devez savoir est l’application (prévue et future), la longueur de la fibre, le nombre de connexions, la perte spécifiée du fournisseur pour les composants et quelques notions de mathématiques. Votre fournisseur de câblage peut également proposer un calculateur de perte pour ses composants. En fait, la solution CertiFiber® Pro de Fluke Networks (qui fait partie du système de certification de câblage Versiv™) et le service cloud LinkWare™ Live comprennent même le calculateur de perte de liaison SYSTIMAX® de CommScope pour leurs composants de fibre optique à faibles et très faibles pertes, directement dans le testeur.

Une fois que l’installation de câblage est prête et testée pour la perte d’insertion, assurez-vous que votre client sache exactement ce qui a été testé, les résultats, la marge et l’impact de la migration vers des débits plus élevés, de l’ajout de points de connexion ou d’extrémités sales. Assurez-vous de tout documenter au cas où quelque chose changerait et où votre client prétendrait que quelque chose n’a pas fonctionné lors des tests d’installation et de perte d’insertion. Certifier une installation de câblage ne signifie rien sans preuves. La meilleure façon de documenter vos résultats (et les paramètres de test que vous avez utilisés) est de télécharger, traiter et archiver vos résultats de test avec un service comme Linkware™ Live.