Erreurs de câblage num. 4 : « Improviser » quand il s’agit de conformité en matière de diaphonie exogène

30 décembre 2015 / Généralités

Alors que les gens intelligents qui installent, testent et certifient des usines de câblage réseau connaissent l’importance du respect des normes des paramètres de performance et de l'assurance du soutien des applications, même les meilleurs d’entre nous peuvent faire des erreurs qui ont un impact négatif sur la rentabilité et la satisfaction du client.

Nous allons jeter un oeil à l’erreur numéro 4 que les gens intelligents font lors des tests de systèmes de câblage de réseau — « Ils improvisent » en matière de diaphonie exogène.

Responsables ou non ?

La diaphonie exogène est un paramètre de performance clé qui peut affecter les capacités le fonctionnement de la 10GBASE-T, ce qui représente plus de 90 % du budget total alloué au bruit. Pour certifier un système cuivre 10GBASE-t, des tests de diaphonie exogène sont donc requis. Mais en réalité, tous les tests sont facultatifs. Si toutes les parties (le client, le consultant et l’installateur ainsi que le fournisseur du câblage) sont d’accord pour ne pas tester la diaphonie exogène, alors techniquement, vous n’êtes pas à mettre en cause.

Mais pour vraiment prouver le respect de la conformité des applications 10GBASE-T, vous êtes toujours « responsable ». En outre, compte tenu de l’importance du paramètre de diaphonie exogène, la plupart des fournisseurs de câblage ne vont pas garantir un système sans le tester. « Mais ce n’est pas économiquement faisable ni pratique de tester toutes mes liaisons pour venir vérifier la conformité en matière de diaphonie exogène » vous dites ? C’est pourquoi les normes recommandent de spécifier un modèle de taille pour le test de diaphonie exogène.

Que dois-je tester ?

Lorsque vous spécifiez un modèle de taille de test de diaphonie exogène, la norme ISO/CEI 61935-1 recommande de tester une taille d’échantillonnage, comme indiqué dans le tableau. La norme recommande également de tester un nombre égal de liaisons perturbées courtes, moyennes et longues ainsi que des états qui indique que si chacune de ces trois liaisons perturbées dépasse 5 dB en marge, il est normal d’arrêter les essais.

Pour s’assurer que les câbles et les connecteurs répondront aux exigences PS ANEXT et PS AACR-F, vous devrez spécifier une taille de l’échantillon pour le test de diaphonie exogène selon les normes.

Lorsque vous choisissez vos liaisons perturbées, il n’est pas logique de choisir la liaison qui se termine à la fin d’une rangée de connecteurs car ce n’est pas la pire des situations, la liaison perturbée doit être entourée de connecteurs au-dessus et en dessous. Mais veillez à ce que les perturbateurs ne soient pas dans le même faisceau — la diaphonie exogène de l’ensemble de faisceaux de câbles n’est pas considérée comme significative.

Blindé contre les tests ?

Les câbles blindés offres une immunité au bruit bien supérieure par rapport à des câbles non blindés, et si ceux-ci sont installés correctement, vous devriez ne voir pratiquement aucune diaphonie exogène sur un système de câblage blindé. Mais s’il n’est pas correctement installé, du câblage même blindé peut échouer. Et comme avec n’importe quel câblage, ce qui semble être théoriquement impossible semble se produire sur le terrain.

Par exemple, dans une application de centre de données où vous fonctionnez depuis un panneau de raccordement à la terre vers un autre panneau de raccordement à la terre, un blindage ouvert (non relié) sur un câble peut provoquer un échec de test de diaphonie exogène même si le schéma de câblage est toujours validé. Cela peut être le résultat d’une mauvaise installation du blindage, comme un serrage sur le côté non conducteur de la feuille dans le câble.

Alors que la plupart des testeurs vérifient une simple continuité de courant continu entre le blindage sur l’unité principale et le blindage sur l’unité distante, ce signal CC cherchera de toute façon à arriver à l’unité distante — y compris à travers la zone commune à laquelle sont connectés les panneaux de brassage et les supports. Cela signifie que le testeur indique un blindage connecté même lorsqu’il ne l’est pas. Heureusement, cela peut être évité avec le DSX-5000 CableAnalyzer, qui rapporte les distances pour protéger des problèmes d’intégrité à l’aide d’une technique de mesure de courant alternatif brevetée.

Vous pensez toujours que vous pouvez « improviser » en matière de diaphonie exogène ? Réfléchissez encore. Pour certifier un système, vous devez spécifier une taille de l’échantillon selon les normes — que le câblage soit blindé ou non. Si vous ne le faites pas, vous risquez d’avoir à tester toutes les liaisons à la norme ANEXT — un oubli extrêmement coûteux.