Cabling for Wi-Fi | Fluke Networks

Câblage du Wi-Fi

 

Câblage du Wi-Fi

Depuis plus de dix ans, les promoteurs du réseau Wi-Fi ont promis la fin des réseaux à liaison cuivre. Si le Wi-Fi est largement populaire et en expansion rapide, les réseaux cuivre poursuivent leur croissance, bien qu’à un rythme plus lent. Comme me l’a déjà dit un collègue, cela s’explique en partie par le fait « qu’il y a un bon nombre de fils dans le sans-fil ». Explorons les types de fils dont vous aurez besoin pour prendre en charge les plus récentes technologies dans les systèmes sans fil.

Nouvelles normes pour un Wi-Fi plus rapide

Les systèmes sans fil les plus sophistiqués et largement utilisés de nos jours sont basés sur la norme IEEE 802.11ac. Cette norme a été publiée en 2013, mais, elle n’est pas aussi ancienne que cela suppose. Il existe deux mises en œuvre dans le cadre de la norme, la première vague, avec des débits de données théoriques pouvant atteindre 1.3 Gb/s, et la 2e vague, qui peut atteindre 6.9 Gb/s. Les appareils de la 2e vague ont été mis à disposition en 2016. Certains fournisseurs proposent déjà des appareils 802.11ax avec des débits de 11 Gb/s.

En réalité, des conflits, interférences et contraintes en matière de distance limitent le débit de ces technologies à environ 50 % de leurs maximums théoriques. Pour autant, ces technologies peuvent facilement dépasser 1 Gb/s, à condition que le câble branché au point d’accès puisse les prendre en charge.

Ainsi, si un gigabit ne suffit pas, le choix qui s’impose pour la prise en charge par câble de ces points d’accès Wi-Fi hautes performances serait dix gigabits, ce qui signifie pour le cuivre, le 10GBASE-T. Votre système Wi-Fi fonctionnera encore sans problème pendant une dizaine d’années, voire plus. 10GBASE-T requiert la Catégorie 6A pour fonctionner (ou la catégorie 6 si la longueur est limitée à 30 mètres). Et c’est le problème dans les installations existantes, car la plupart des systèmes de câblages installés sur le terrain relèvent de la catégorie 5e et 6. La mise en conformité d’une installation de câblage existante avec la norme 6A est une opération longue et coûteuse.

De nouvelles astuces pour les anciens câbles

Configurateur de kit Versiv

Comment allez-vous utiliser votre Versiv ?

Un groupe de plus de quarante-cinq entreprises de réseautage et de câblage se sont réunies pour fonder l’Alliance NBASE-T et résoudre ce problème. Résultat, la norme IEEE 802.3bz, a été adoptée fin 2016 et permet le fonctionnement des réseaux de 2.5 et 5 Gb/s pour le câblage de catégorie 6 et 5e (avec certaines restrictions). Elle permet aux clients de mettre à niveau leurs réseaux à des débits de plusieurs gigabits sans avoir à remplacer leur infrastructure de câblage. Cela démontre les avantages de planifier à l’avance en installant et en certifiant les câbles de catégorie, de sorte que votre installation soit prête pour des capacités qui ne sont même pas prévues lorsque l’installation de câblage est conçue.

Deux technologies de communications sont définies par 802.3bz : 2.5GBASE-T et 5GBASE-T. La première peut prendre en charge toutes les mises en application 802.11ac de la 1e vague ainsi que certaines de la 2e vague tandis que la deuxième peut prendre en charge la 2e vague et même la technologie 802.11ax qui doit encore être approuvée. Les mises en application NBASE-T sont conçues pour coexister avec les normes BASE actuelles, en utilisant la même interface physique et en prenant en charge l’auto-négociation. Cela signifie qu’un utilisateur peut déployer un commutateur NBASE-T pour prendre en charge les appareils NBASE-T, mais il peut également fonctionner avec les appareils 1000BASE-T existants. Ce type de déploiement progressif réduit les coûts et les désagréments. Une liste détaillée de produits qui prennent en charge la NBASE-T est disponible à l’adresse suivante : https://www.nbaset.org/technology/nbaset-products/, et de nouvelles listes s’ajoutent chaque jour.

Les conditions applicables

Passons maintenant aux restrictions mentionnées ci-dessus. Si les concepteurs talentueux de la NBASE-T ont été capables de la faire fonctionner sur la plupart des câbles de Cat 5e et de Cat 6, il existe des cas où les contraintes physiques du câblage présentent un problème de physique qu’ils n’ont pas pu résoudre (du moins à un niveau de prix raisonnable). Ce problème est lié à un phénomène connu sous le nom de « diaphonie exogène », des signaux qui se déplacent d’un câble à quatre paires vers un câble adjacent à quatre paires. Ce problème se pose lorsqu’une paire de câbles est près de l’autre sur une longue distance, ce qui donne une plus grande possibilité aux signaux qui se déplacent d’interférer les uns avec les autres. Cela peut constituer un problème même lorsque les câbles installés ont été certifiés, car la plupart des câbles ne font pas l’objet d’un test visant à évaluer la diaphonie exogène, en raison du coût supplémentaire et des efforts requis. Puisque ce problème se pose rarement dans la 1000BASE-T, personne n’y a en réalité songé jusqu’à présent.

La NBASE-T inclut une stratégie pour résoudre les problèmes liés aux performances des câbles. Si le câble ne parvient pas à gérer, disons, 5 Gb/s, les appareils situés à chaque extrémité vont simplement passer à un « débit décroissant » de 2.5 Gb/s. Cela résoudra sans doute le problème, mais peut-être pas de la manière que vous le désirez. Comment, dès lors, vous assurer que votre câble prendra en charge les débits les plus élevés ?

Comme indiqué plus haut, plus la distance sur laquelle les câbles sont rapprochés est longue, plus la diaphonie exogène devient un problème. Ce problème se rencontre avec des câbles enveloppés dans de gros faisceaux serrés, bien rangés. À cet effet, l’alliance NBASE-T a créé le graphique à droite. Il indique qu’il existe un très faible risque pour que des problèmes se présentent lors de l’utilisation du câblage de catégorie 6, mais que des problèmes peuvent bien se poser en 5GBASE-T si les câbles de cat 6 sont mis en faisceaux sur une distance dépassant 75 mètres. Pour les installations de catégorie 5e, les faisceaux de plus de 50 mètres et ceux dépassant 75 m présentent un risque élevé de défaillance en cas de prise en charge de 5GBASE-T. Il y a trois manières de limiter ce risque :

  • Séparer physiquement les cordons de (raccordement) des équipements. Les problèmes de diaphonie se posent avec acuité lorsque les signaux de transmission sont plus forts et que les signaux de réception sont plus faibles, au niveau des cordons de l’équipement.
  • Dissocier les câbles horizontaux. La meilleure approche, c’est de les répartir dans des chemins de câbles, même si ce n’est pas aussi joli.
  • Déplacez les connexions NBASE-T vers des emplacements de panneaux de brassage non adjacents.

Vous pouvez également consulter un expert en câblage qui pourra effectuer un test de dépistage de la diaphonie exogène. Puisque seuls les câbles fonctionnant sur NBASE-T doivent faire l’objet d’un contrôle, il faudra uniquement quelques minutes supplémentaires de test. Vous pouvez en apprendre davantage à allant à l’adresse https://www.nbaset.org/library/white-paper-2/

Alimentation de vos points d’accès

La technologie PoE basée sur les normes IEEE 802.3 af, at et bt qui sera publié prochainement, allie alimentation et communications des données dans un même câble à quatre paires. La plupart des points d’accès sans fil des installations commerciales sont alimentés à l’aide de la technologie de PoE, éliminant la nécessité d’installer une sortie CA et de monter une source d’alimentation distincte. La seule chose que les installateurs doivent surveiller lorsqu’il s’agit des nivaux d’alimentation, c’est de vérifier que les équipements de source d’alimentation (dans la plupart des cas, le commutateur) sont compatibles avec le point d’accès et qu’ils peuvent assurer une alimentation adéquate. Il existe plusieurs versions différentes de PoE dont certaines sont conformes à ces normes et d’autres pas. Et les différentes normes possèdent des niveaux d’alimentation maximum des points d’accès : 13 W pour 802.3af, 25.5 W pour 802.3at et 71W pour 802.3bt. La bonne nouvelle, c’est que la plupart des points d’accès n’ont pas besoin de beaucoup d’énergie, donc la plupart fonctionneront avec des sources de faible puissance.

Le câblage pose un problème plus subtil. L’alimentation en énergie au moyen des câbles de catégorie nécessite que la résistance des câbles soit faible, une trop grande résistance amène l’énergie à se dissiper avant d’arriver au point d’accès. La résistance doit aussi être équilibrée aussi bien entre les paires qu’à l’intérieur de celles-ci, si elle est trop déséquilibrée, l’énergie pourra saturer les transformateurs du récepteur et interférer avec les transmissions de données. Ce dernier problème est particulièrement préoccupant lorsque vous utilisez des réseaux à haut débit, tels que NBASE-T.

La bonne nouvelle, c’est que le câble de catégorie est conçu et testé pour répondre à des exigences de résistance strictes ; il est peu probable qu’il soit une source de problèmes. Toutefois, de mauvaises techniques d’installation peuvent ajouter de la résistance à la liaison. Et les normes de test sur le terrain, telles que TIA-1152-A, ne nécessitent pas de mesures de résistance pour la certification. Afin d’assurer une protection contre ces problèmes, il est recommandé que le test sur le terrain inclut ces mesures facultatives.

Simplification de la connexion

Maintenant que nous sommes débarrassés d’une source d’alimentation agaçante, voyons comment rationaliser l’installation encore davantage. Une prise murale et un cordon de raccordement classiques ne sont pas vraiment nécessaires dans le cas d’un point d’accès. Contrairement à un ordinateur personnel de bureau, il n’est pas déplacé régulièrement, la prise murale et le cordon de raccordement entraînent donc des coûts superflus et un effort inutile.



Les organismes BICSI et TIA ont reconnu ce problème et défini la liaison à connecteurs modulaires (MPTL) qui part d’un panneau de brassage et se termine avec un connecteur « RJ-45 » raccordé sur le terrain, qui peut se brancher directement sur le point d’accès, éliminant le panneau de brassage et le cordon de l’équipement. Un certain nombre de fabricants ont mis au point des connecteurs modulaires pour prendre en charge cette norme. Si vous avez une bonne connaissance de l’installation de connecteurs de type cordon de raccordement RJ-45, vous serez heureux d’apprendre que ces nouvelles conceptions sont bien plus faciles à utiliser.

La nouvelle norme ANSI-TIA-568.2-D inclut une définition pour les tests de cette liaison et les fabricants des appareils de test fournissent une assistance à cette fin. Une chose à savoir est que, contrairement à une mesure de canal typique, le MPTL inclut les performances de ce connecteur modulaire installé sur le terrain, ce qui signifie que l’appareil de test aura besoin d’un adaptateur facultatif (en général, celui qui est conçu pour les cordons de raccordement) pour tester la partie de liaison concernée. Ce qui va venir vous réjouir, c’est que le coût de l’adaptateur en question est probablement inférieur à ce que vous aurez économisé sur une installation MPTL unique.

 
 
Powered By OneLink